La désinformation continue...!! Une petite "morsure" de rappel pour que nous continuions à nous mobiliser !

La désinformation continue...!! Une petite "morsure" de rappel pour que nous continuions à nous mobiliser !
"Aujourd’hui, les tests sont-ils fiables ?"
"Les tests de première intention se sont beaucoup améliorés ces dernières années. La réalisation du test de confirmation (Western Blot ou Immuno Blot) en première intention n’est pas nécessaire car ils ne sont pas plus sensibles aujourd’hui que les tests de première intention récents (ELISA).
Il faut par contre bien connaître l’intérêt de ces tests qu’on appelle sérologie. À la phase primaire, c’est-à-dire lors de l’apparition de la rougeur sur la peau (EM), le corps n’aura pas encore produit d’anticorps. L’analyse au laboratoire est inutile, c’est trop tôt et le résultat peut être faussement négatif. C’est la raison pour laquelle dans tous les pays d’Europe, les tests ne sont pas recommandés à ce stade. Par contre, pour les signes qui apparaîtraient plusieurs mois après la morsure, s’ils sont dus à la maladie de Lyme, on devrait avoir un test positif et je parle des tests de première intention aussi bien que ceux de deuxième intention (tests de confirmation)."
ou encore :
" Malheureusement, même si la maladie est correctement traitée, il peut exister dans quelques rares cas des signes cliniques subjectifs que l’on appelle syndrome post-lyme associant fatigue, douleurs articulaires et/ou musculaires. Ces signes habituellement disparaissent en quelques mois et peuvent aussi survenir après d’autres maladies infectieuses, ils ne sont pas spécifiques. » Le spécialiste précise aussi qu’en dehors de l’érythème migrant qui prend la forme d’érythème concentrique autour de la morsure, aucun des signes tardifs de la maladie n’est spécifique. Et des douleurs articulaires ou des troubles nerveux telles qu’une paralysie peuvent être dues à beaucoup d’autres causes. "
Fatigue, boutons sur tout le corps, méningite… Ce n’est qu’après plusieurs hospitalisations et des mois de souffrance que le nom de la maladie de Lyme…
LEPROGRES.FR