Droit de réponse envoyé suite à l'article paru dans Isère Mag ? « Quand les tiques attaquent » du 6 juin 2016

Droit de réponse de Cécile Musy, responsable Section Isère, envoyé suite à l'article paru dans Isère Mag. (lien ci joint) du 06 juin dernier .

Monsieur Richard Juillet, Rédacteur en chef
Service de la communication
7 rue Fantin Latour
38 000 Grenoble

Objet : réponse à votre article « Quand les tiques attaquent » du 6 juin 2016
Grenoble, le 30 juin 2016,

Monsieur,
Nous avons pris connaissance de l'article sur la maladie de Lyme « Quand les tiques attaquent » paru en ligne le 6 juin 2016 et dans le magazine Isère Mag de juin-juillet diffusé auprès de tous les ménages du département.
Nous tenons à signaler que la section Isère de l'association France Lyme a été contactée par la journaliste, Sandrine Anselmetti, le 29 mars pour préparer cet article. Nous avons discuté longuement avec elle et lui avons expliqué les polémiques existant actuellement à propos de cette maladie. Bien entendu, nous lui avons présenté, avec des arguments, la position que nous soutenons, celle des malades et des médecins de la Fédération Française contre les maladies vectorielles à tiques.
Nous comprenons que le Conseil Départemental ne souhaite pas entrer dans une polémique médicale qui ne le concerne pas, pour qu'il conserve ses liens de coopération avec les autorités de santé locales comme le CHU et puisse assurer un bon fonctionnement du système de santé en Isère. Cependant, nous déplorons que cet article se base uniquement sur des affirmations de Jean-Paul Stahl, Professeur de Maladies Infectieuses et Tropicales au CHU de Grenoble, alors que celles-ci ne correspondent pas à la situation réelle.
Ainsi, les recommandations de traitement données par le Professeur Stahl sont bien inférieures à celles du rapport de consensus de 2006 de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) (1), document qui est encore la référence aujourd'hui.
Au stade primaire, l'antibiotique doit être prescrit non pas une semaine comme le dit le Pr Stahl, mais deux à trois semaines (1, p. 41). Sinon, le risque est grand que le traitement soit insuffisant pour éradiquer toutes les bactéries Borrelia et que des stades plus graves se développent.
De plus, le stade tertiaire de la maladie de Lyme est lui aussi causé par les bactéries actives de la maladie. Les anti-inflammatoires pourront soulager les symptômes mais ne soignent en aucun cas une infection. Selon le rapport de consensus, les stades secondaire et tertiaires se soignent avec les mêmes traitements antibiotiques de deux à trois semaines (1, p. 45).
En 2006, le Professeur Stahl était président de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française, qui a édité le rapport de consensus, aussi nous regrettons qu'il en minimise les points principaux, laissant croire que la maladie de Lyme est très bénigne.
D'autre part, il est établi que l'incidence de la maladie de Lyme dans notre région est plus élevée que ce que le Professeur Stahl affirme (47 cas pour 100 000 habitants). Un rapport du Haut Conseil de Santé Publique de 2014 évoque 50-100 cas/100 000 par an en Rhône-Alpes (2, p. 2). Il y a en Haute-Savoie 200 cas par an pour 100 000 habitants, voire plus dans certains cantons (3). Comme les valeurs trouvées sont très élevées dans ce département de montagne, nous regrettons qu'aucune étude d'incidence n'ait jamais été réalisée dans le département de l'Isère afin d'avoir un chiffre sur lequel s'appuyer.
Les recommandations de la SPILF ainsi que ces données épidémiologiques sont assez anciennes. Depuis, de nombreuses études médicales ont établi que la maladie de Lyme est complexe et difficile à soigner. Les traitements comme ceux du rapport de consensus sont insuffisamment longs pour éradiquer toutes les bactéries, des traitements de plusieurs mois sont souvent nécessaires pour les cas anciens. Les tiques transmettent de nombreux agents pathogènes, qui aggravent les symptômes et compliquent le diagnostic (4).
Malheureusement, en France, depuis 2006, le Professeur Stahl ainsi que nombre de ses collègues médecins, infectiologues ou autres, persistent dans leurs affirmations et refusent de reconnaitre que les directives officielles sont maintenant obsolètes. Tous les malades peinent à être soignés et à retrouver une vie normale. Et, plus grave, des médecins qui utilisent les traitements longs pour soigner des malades avec succès, parfois depuis plusieurs décennies, sont condamnés et interdits d'exercice.
Voici deux témoignages récents de malades d'Isère qui ont été longuement malades avant d'être diagnostiquées et de commencer un traitement :
- Noémie vers Saint-Marcellin, interviewée sur France Inter http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1293687
- fille d'Anne-Lise de la banlieue de Grenoble, interviewée dans Place Gre'net
http://www.placegrenet.fr/…/maladie-de-lyme-de-plus-p…/91125
Aux États-Unis, le Ministère de la Santé a rejeté fin 2015 les directives officielles de la société d'infectiologie comme références pour la maladie de Lyme, au profit des directives de traitements longs rédigées par des médecins spécialisés sur les maladies à tiques (5). Or, ce sont les anciennes directives américaines qui ont été la base des directives françaises de la SPILF.
Au niveau des institutions françaises, la chronicité de la maladie de Lyme est acceptée progressivement. Le Ministère de la Santé vient de s’engager à rapidement mettre en place un plan d'action contre la maladie en y associant les associations de malades et de médecins.
Nous regrettons que votre magazine, qui s'adresse à la population, ne se base aveuglément que sur une seule source d'informations. Dans un contexte croissant de démocratie sanitaire, les associations, qui écoutent les malades et parlent en leur nom, sont des acteurs essentiels à écouter.
Pour en savoir plus sur la maladie et ses polémiques, nous vous invitons à lire ces documents :
- un récapitulatif de France Lyme http://www.francelyme.fr/…/Etat-connaissance-Actions-FL-mal…
- l'article de Place Gre'net http://www.placegrenet.fr/…/maladie-de-lyme-de-plus-p…/91125
- le livre "L'affaire de la maladie de Lyme" de Chantal Perrin et Roger Lenglet http://www.actes-sud.fr/…/laffaire-de-la-maladie-de-lyme-ep…

En comptant sur votre intérêt et votre conscience, nous vous adressons, Monsieur, nos plus cordiales salutations.
Cécile Musy,
Responsable de la section Isère de France Lyme
section.isere@francelyme.fr

(1) SPILF, 2006 : http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/2006-lyme-long_2_.pdf
(2) HCSP, 2014 : http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger…
(3) http://www.invs.sante.fr/…/Borreli…/Donnees-epidemiologiques
(4) Vous trouverez plus d’informations et des références dans ce guide : http://www.francelyme.fr/…/Etat-connaissance-Actions-FL-mal…
(5) https://www.guideline.gov/content.aspx?id=49320
Zoom sur la maladie de Lyme
iseremag.fr