on se refuse à prévenir sérieusement certaines pathologies, comme les cancers et les maladies neuro-dégénératives, ou des maladies infectieuses comme la maladie de Lyme qui est sous diagnostiquée et sous médicalisée, ce qui à terme ne fera qu’aggraver le problème et le coût déjà énorme.

Capital.fr / Roger Lenglet
[...]Exemple, on se refuse à prévenir sérieusement certaines pathologies, comme les cancers et les maladies neuro-dégénératives, ou des maladies infectieuses comme la maladie de Lyme qui est sous diagnostiquée et sous médicalisée, ce qui à terme ne fera qu’aggraver le problème et le coût déjà énorme. Pourtant des rapports nous mettent en garde depuis des décennies sur ces sujets. [...]