The difference between severe depression and Lyme depression. / La différence entre «dépression» et la «Lyme Dépression»

The difference between severe depression and Lyme depression.

There is severe depression, and then there is Lyme depression -which, for many with Lyme, is not actually depression at all. It is emotional numbness but they do not know how to describe it, much less care to whilst in a numb state. So when they see they their Lyme specialist or any other doctor and are unable to describe their emotional state as anything but “unable to enjoy life,” it is assumed the individual is suffering from depression, and rightfully so. From the outside looking in, the person does in fact appear depressed. The thing is, though, their emotional state is not so much unstable as it is non-existent. In fact, it is stable, as in steadily numb. They would give almost anything to be depressed, as odd and unbelievable as it may sound, because they would do anything to feel no matter the cost. Debatably, feeling horrid heartbreak is far better than feeling nothing at all. What can a person with Lyme do in this situation, though? See a psychiatrist? Meditate? Make positive life changes? No. The answer is more complicated and positive affirmations may not do the trick this time, because the answer lies more in physiology than psychology on this one. For many, Lyme actually destroys their serotonin receptors -making anti-depressants which chemically alter the brain useless and dangerous at best.


Why it happens
To dig deeper into answering “why” the serotonin receptors are destroyed, we must first go back to the starting point. Neuroborreliosis, and almost all coinfections accompanying it, breed panic attacks like wildfire. Scientists at the National Institutes of Health concluded that people with panic disorders have a drastic reduction of the serotonin receptor “5-HTIA” in three areas of the brain. However, for people without an underlying condition sparking the panic, such as Lyme, this may be fixable with the use of more mainstream methods. Unfortunately, like most things with Lyme, the answer for Lyme patients is not so clear cut.
A large majority of individuals with Lyme disease have high cortisol levels, leaving them stuck in fight or flight stage. This is not unlike the feeling an average person feels when they have adrenaline pumping through them whilst facing a life-threatening, or terrifying event. However, it is unlike that feeling because an average person does not stay in the fight or flight stage, while a person with Lyme does. In turn, this demolishes serotonin receptors, making the individual numb and cancelling out the feeling of panic, also demolishing any clues that the culprit could in fact be panic.
All things considered, one thing is clear: Going to the root of the problem is almost always the solution to fix things in life, but this may or may not be the case in a situation like this. Whether it is panic or not causing the emotional numbness is irrelevant to the individual experiencing it, as they lack the ability to so much as care to find out what is causing it. So, it seems their serotonin receptors must be increased in order to motivate the individual to get to the root of the problem.

How does a person increase their serotonin receptors?
In rare instances such as this one, illusions and science might actually go hand in hand. At least, for me this was the case. After almost two years of lacking the ability to feel, going through every antidepressant on the market, and one failed attempt at suicide, I heard psychedelic mushrooms can cure depression. Perhaps not forever, but for awhile. For me, that was all I needed to hear. I did not even learn the scientifics of why they could do so until after I took them. Needless to say, they worked. I got off antidepressants a week later. It has now been a year since that life changing night when I waded out into the dark waters of psychedelic mushrooms while already neurologically impaired with nothing to lose but everything to gain. I am still off antidepressants and mostly happy, despite a life designed for depression. When I did them, I did not do enough to hallucinate and meditated the whole time. It lasted three hours. Three hours did what years of other therapies and medications could not. Simply put, psychedelic mushrooms do not actually alter the serotonin receptors in the brain, they mimic them, making a person feel as if they have twice the amount of serotonin receptors than they really do.
In depressed and/or anxious individuals there is over activity in the anterior cingulate cortex. Psilocybin possesses the power to switch off the over activity in this part of the brain [7]. Then, rather than increasing levels of serotonin in the brain, Psilocybin binds to serotonin receptors and mimics them, causing the brain to function as if it has more serotonin without actually altering the levels themselves. This last part is a crucial defining factor in deciding if it is safer to treat a person with antidepressants or mushrooms.
A serious and potentially fatal syndrome called ‘Serotonin Syndrome,’ which occurs when serotonin levels become too high, can occur from taking antidepressants. Many render this rare, but considering antidepressants increase the chemical serotonin in the brain, developing serotonin syndrome is a possibility to consider; as ‘rare’ is not a synonym for ‘nonexistent.’ As all with Lyme no, rare can easily serve as a synonym for quite possible. Psychedelic mushrooms, on the other hand, do not put you at risk of developing serotonin syndrome because Psilocybin merely mimics serotonin receptors rather than actually increasing serotonin levels.
Of course, I am in no way, shape, or form saying this method of treatment is for everyone. Absolutely not. I am simply sharing what worked for me in the past.

References
Andrews, Paul (2012). Things Your Doctor Should Tell You About Antidepressants. April 15, 2013 from Mad in America: Science, Psychiatry, and Community. http://www.madinamerica.com/…/things-your-doctor-should-tel…...
Marcus, Marina, Yasamy, Taghi, Van Ommeren, Mark, Chisholm, Dan, and Sheknar Savena WHO Department of Mental Health and Substance Abuse. Depression: A Global Concern. Paper published by the World Health Organization
Mercola (2011). They Cause 40,000 Deaths a Year, But They’re Handed Out Like Candy. Retrieved April 15, 2013.
http://www.articles.mercola.com/…/articles/archive/2011/05/…...
Freeman, Shanna (2011-2013). How Magic Mushrooms work. Retrieved April 15, 2013. http://www.science/how stuffworks.com/magix-mushroom1.htm
Retrieved April 15, 2013 http://webmd.com/depress…/how-different-antidepressants-work
Retrieved April 15 2013 http://nhs.uk/…/antidepressant-…/pages/how-do-they-work.aspx
Video: Psilocybin and the Psychedelic State –Dr.Robin Carhart Harris
http://www.healingwell.com/community/?f=30&m=1742521

Facebook Twitter Pinterest Linkedin Google Plus Comment SUBSCRIBE TO AUTHOR
by TaboolaMORE FROM EXAMINER


 La différence entre «dépression» et «Lyme Dépression»

La dépression de la maladie de Lyme est tout à fait différente des autres types de dépressions, carles récepteurs de la sérotonine sont littéralement détruits.
http://media.npr.org/…/depression_1-ad78d208bfd0907a122c249…
Il existe la dépression grave, et puis il y a la dépression de Lyme -qui, pour beaucoup avec Lyme, n’est pas réellement la dépression. Il est un engourdissement émotionnel, mais ils ne savent pas comment le décrire, car on donne beaucoup moins de soins à tout dans un état engourdi. Alors, quand ils voient leur spécialiste de Lyme ou tout autre médecin et sont incapables de décrire leur état émotionnel que comme «incapable de profiter de la vie," il est supposé que la personne souffre de dépression, et à juste titre. De l'extérieur dans la recherche, la personne semble en effet déprimée. Mais leur état émotionnel n’est pas tellement instable car il est inexistant. En fait, il est stable, comme régulièrement engourdi. Ils donneraient presque tout pour être déprimé, aussi bizarre et incroyable que cela puisse paraître, parce qu'ils feraient tout pour se sentir, se ressentir, peu importe le coût. Malheureusement, le sentiment de chagrin horrible est beaucoup mieux que de ne sentir rien du tout. Que peut faire une personne avec Lyme dans cette situation? Voir un psychiatre? Méditer? Apporter des changements positifs dans la vie? Non, la réponse est plus compliquée et des affirmations positives peuvent ne pas faire l'affaire cette fois -ci, parce que la réponse se trouve plus dans la physiologie que dans la psychologie. Pour beaucoup, Lyme détruit réellement leurs récepteurs de la sérotonine –Prendre des anti-dépresseurs qui modifient chimiquement le cerveau est inutile et dangereux au mieux.
Pourquoi cela arrive-t-il ??
Pour creuser plus profondément dans la réponse du «pourquoi» les récepteurs de la sérotonine sont détruits, il faut d' abord revenir au point de départ. Lors de la Neuroborréliose, et de presque toutes les coinfections qui l’accompagnent, se reproduisent les attaques de panique comme une traînée de poudre. Les scientifiques des National Institutes of Health ont conclu que les personnes souffrant de troubles de panique ont une réduction drastique du récepteur de la sérotonine "5-HTIA" dans trois zones du cerveau. Cependant, pour les personnes qui n’ont pas une condition sous - jacente des étincelles de la panique, comme Lyme, cela peut se résoudre avec l'utilisation de méthodes plus traditionnelles. Malheureusement, comme la plupart des choses avec Lyme, la réponse pour les patients de Lyme n’est pas aussi tranchée.
Une grande majorité des personnes atteintes de la maladie de Lyme ont des niveaux élevés de cortisol, les laissant coincées dans le combat (ou étape de vol). Elles ne ressentent pas les mêmes sentiments qu’une personne moyenne quand ils ont de l’adrénaline les traversant tout en faisant face à un événement de vie en danger, ou terrifiant. La personne lambda ne restera pas dans un état de phase de combat (ou de vol) alors qu'une personne avec Lyme , si. À son tour, ce manque de récepteurs de la sérotonine l’engourdit et annule le sentiment de panique, démolissant aussi des indices que le coupable pourrait en fait être la panique.
Tout bien considéré, une chose est claire: Aller à la racine du problème est presque toujours la solution pour arranger les choses dans la vie, mais cela peut ou ne pas être le cas dans une telle situation. Que ce soit la panique ou la cause de l'engourdissement émotionnel, elle peut être sans rapport avec l'individu éprouvant, car ils manquent de la capacité à tenter de découvrir ce qui est à l' origine. Ainsi, il semble que leurs récepteurs de la sérotonine doivent être augmentés afin de motiver l'individu à se rendre à la racine du problème.
Comment peut –on augmenter leurs récepteurs de la sérotonine?
Dans de rares cas comme celui - ci, les illusions et la science pourraient en fait aller de paire. Au moins, pour moi, ce fut le cas. Après presque deux années de manque la capacité de ressentir, en passant par tous les antidépresseurs sur le marché, et une tentative ratée de suicide, j'ai entendu que des champignons psychédéliques peuvent guérir la dépression. Peut-être pas pour toujours, mais pendant un certain temps. Pour moi, ce fut tout ce que j’avais besoin d'entendre. Je ne l’ai même pas appris les scientifiques de la raison pour laquelle ils pourraient le faire jusqu'à ce que je les ai pris. Inutile de dire, ils ont travaillé. J’ai diminué les antidépresseurs une semaine plus tard. Il a maintenant été une année depuis que la vie changeant la nuit quand je pataugé dehors dans les eaux sombres de champignons psychédéliques tout déjà neurologiquement altérée avec rien à perdre mais tout à gagner. Je suis toujours hors antidépresseurs et surtout heureux, malgré une durée de vie prévue pour la dépression. Quand je leur ai fait, je ne l' ai pas assez pour halluciner et médité tout le temps. Il a duré trois heures. Trois heures ont fait ce que des années d'autres thérapies et médicaments ne pouvait pas. Il suffit de mettre, les champignons psychédéliques ne fait modifient pas les récepteurs de la sérotonine dans le cerveau, ils les imitent, ce qui rend une personne se sentent comme si elles ont deux fois la quantité de récepteurs de la sérotonine que ce qu'ils font vraiment.
Chez les individus déprimés et / ou anxieux, il est sur l' activité dans le cortex cingulaire antérieur. Psilocybine possède le pouvoir d'éteindre l'activité de plus dans cette partie du cerveau [7]. Alors, plutôt que d' augmenter les niveaux de sérotonine dans le cerveau, la psilocybine se lie à des récepteurs de la sérotonine et imite eux, ce qui provoque le cerveau à fonctionner comme si elle a plus de sérotonine sans modifier réellement les niveaux eux - mêmes. Cette dernière partie est un facteur déterminant essentiel pour décider s'il est plus sûr de traiter une personne avec des antidépresseurs ou des champignons.
Un syndrome grave et potentiellement mortelle appelée «syndrome sérotoninergique» , qui se produit lorsque les niveaux de sérotonine deviennent trop élevés, peut se produire à partir de la prise d' antidépresseurs. Beaucoup rendent cette rare, mais les antidépresseurs qui envisagent d' augmenter la sérotonine dans le cerveau, le développement de syndrome sérotoninergique est une possibilité à envisager; comme «rare» est pas synonyme de «inexistante». Comme tous avec Lyme non, rare peut facilement servir comme synonyme de tout à fait possible. Champignons psychédéliques, d'autre part, ne vous mettez pas à risque de développer un syndrome sérotoninergique parce psilocybine seulement imite la sérotonine récepteurs plutôt que de réellement augmenter les niveaux de sérotonine.
Bien sûr, je ne suis nullement, la forme, ou la forme en disant cette méthode de traitement est pour tout le monde. Absolument pas. Je veux simplement partager ce qui a fonctionné pour moi dans le passé.
Les références
• Andrews, Paul (2012). Choses Votre médecin doit vous dire A propos de Antidépresseurs. 15 avril 2013 de Mad in America: Science, psychiatrie et communautaire. Http: //www.madinamerica.com/2012/09/things-your-doctor-should-tell-you-a ...
• Marcus, Marina, Yasamy, Taghi, Van Ommeren, Mark, Chisholm, Dan et Sheknar Savena Département Santé mentale et abus de substances OMS. Dépression: une préoccupation mondiale. Document publié par l'Organisation mondiale de la Santé
• Mercola (2011). Ils causent 40.000 décès par an, mais ils sont distribuées comme des bonbons. Récupéré le 15 Avril 2013.
• http: //www.articles.mercola.com/sites/articles/archive/2011/05/03/tips-t ...
• Freeman, Shanna (2011-2013). Comment Champignons Magiques fonctionnent. Récupéré le 15 Avril 2013. http://www.science/how stuffworks.com/magix-mushroom1.htm
• Récupéré le 15 Avril, 2013 http://webmd.com/depress…/how-different-antidepressants-work
• Récupéré le 15 Avril 2013 http://nhs.uk/…/antidepressant-…/pages/how-do-they-work.aspx
• Vidéo: psilocybine et l'Etat Psychedelic - Dr.Robin Carhart Harris