Dr Ying Zhang and colleagues just published a study in Frontiers in Medicine on the effects of essential oils and their effects against Borrelia stationary forms and biofilms.
"We found that not all essential oils had activity against the B. burgdorferi stationary phase culture, with top five essential oils (oregano, cinnamon bark, clove bud, citronella, and wintergreen) at a low concentration of 0.25% showing high anti-persister activity that is more active than the known persister drug daptomycin. Interestingly, some highly active essential oils were found to have excellent anti-biofilm ability as shown by their ability to dissolve the aggregated biofilm-like structures. The top three hits, oregano, cinnamon bark, and clove bud completely eradicated all viable cells without any regrowth in subculture in fresh medium, whereas but not citronella and wintergreen did not have this effect. Carvacrol was found to be the most active ingredient of oregano oil showing excellent activity against B. burgdorferi stationary phase cells, while other ingredients of oregano oil p-cymene and α-terpinene had no apparent activity. Future studies are needed to characterize and optimize the active essential oils in drug combination studies in vitro and in vivo and to address their safety and pharmacokinetic properties before they can be considered as a novel treatment of persistent Lyme disease".
Some of these compounds are found in herbal products that we have used for years (like Biocidin, which contains oregano oil) which have led to improvements in symptoms (as well as Herxheimer reactions). We usually use herbs/essential oils as part of our biofilm protocols (i.e., Stevia, Lauricidin, Biocidin), which also have been shown to have an effect against persisters/biofilms. Since these oils/herbs primarily affect stationary forms and biofilms, and Borrelia has been shown to also have cell wall forms, cystic forms and bacteria which can persist in the intracellular compartment, future studies need to address all the different forms of borrelia, as well as antibiotic/herbal combinations that effectively treat co-infections like Bartonella, and other persister intracellular bacteria (such as Mycoplasma, Tularemia, Brucella...). Similarly, many of our patients have overlapping Babesiosis (a "persister" parasite). The Dapsone protocol that we published on last year (Horowitz RI, Freeman PR (2016) The Use of Dapsone as a Novel “Persister” Drug in the Treatment of Chronic Lyme Disease/Post
Treatment Lyme Disease Syndrome . J Clin Exp Dermatol Res 7: 345. doi:10.4172/2155-9554.1000345) is an effective persister drug for many with chronic Lyme disease, and also has an effect against Babesia, while previously having been published to treat
autoimmune phenomenon (like Behcets syndrome). Many who suffer with Lyme disease have this triad of borrelia persisters with co-infections like Babesia and Bartonella along with autoimmune markers in their blood (ANA's, RF's, antiganglioside antibodies, anti-thyroid antibodies, anti-myelin antibodies...). It is therefore necessary to treat all of the abnormalities on the 16 point MSIDS map that can lead to chronic inflammation and mitochondrial dysfunction.
Combinations of doxycycline, rifampin and dapsone (for intracellular forms/persisters), along with Plaquenil and grapefruit seed extract (for cystic forms), with Ceftin (for cell wall forms) and biofilm busters (Biocidin, Lauricidin, Stevia, Serrapeptase) are some of the most common combinations that we use in our practice that often leads to significant clinical improvements. A discussion of Lyme disease specifics and treatment options can be found in Chapter 3 of "How Can I Get Better? and the Dapsone protocol and use of pyrazinamide (another persister drug) which can be effective in Bartonella can be found in Chapter 4, "Persisters" and Pulsing for Treating Resistant Lyme Disease".



https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fmed.2017.00169/full

The CDC finally reverses course on treatment for chronic fatigue syndrome

Lyme disease is the great imitator. It can look like Chronic Fatigue Syndrome (CFS), as well as a host of other diseases, and it turns out its not just Lyme where patients have had problems with misleading science.
Although some patients with CFS have had help with anti-viral's and immune modulating drugs, most of the patients who have seen me with the diagnosis of CFS/ME end up having Lyme-MSIDS. They have an overlap of different infections (Lyme, Bartonella, Babesia, Mycoplasma, Q-fever, Tularemia, Brucella..) as well as overlapping causes of inflammation on the MSIDS map. These include hormonal disorders, POTS/dysautonomia, environmental toxins with detoxification problems, food allergies with leaky gut, mineral deficiencies, mitochondrial dysfunction,etc. Anyone with a chronic fatiguing/musculoskeletal illness with sleep problems and dysautonomia needs to be evaluated for Lyme-MSIDS. Going through all of the 16 factors on the MSIDS map helps determine where the inflammation is coming from, so it can be properly treated.
Putting politics aside, working together for the benefit of those who suffer with "unexplained chronic illness", and shifting the paradigm for chronic disease by going from a one disease/one etiology model to a multifactorial model like MSIDS is paramount if we are going to start making a dent in the chronic disease epidemics facing us in the 21st century.


https://www.statnews.com/2017/09/25/chronic-fatigue-syndrome-cdc/?s_campaign=stat%3Arss&utm_content=bufferbb900&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

 
 
After years of pleas from patients and experts, the CDC quietly dropped from its website two debunked recommendations for treating chronic fatigue syndrome.
statnews.com

Local doctor explains a new shot that could protect you from Lyme disease

 
 
 
 
30-thousand cases of Lyme disease are reported to the CDC each year, and the numbers are growing.
westernmassnews.com

Saint-Rémy-Chaussée - Le difficile parcours d’Alicia pour se soigner de la maladie de Lyme


 
 
 
 
Depuis un peu plus d’un an, la petite Alicia est atteinte de la maladie de Lyme....
lavoixdunord.fr

Christian Perronne, spécialiste de la maladie de Lyme : « On met en danger la vie des gens »




http://www.lamontagne.fr/gueret/sante/creuse/2017/10/15/christian-perronne-specialiste-de-la-maladie-de-lyme-on-met-en-danger-la-vie-des-gens_12591175.html



Scottish Highlands declared high risk for Lyme disease

 
 
 
 
 
The Scottish Highlands has been declared a high risk region for Lyme disease by the UK National Institute for Health and Care Excellence (Nice). Lyme disease is a bacterial infection spread by tick…
studentnewspaper.org

Comment réparer une dent sans plombage ? Avec ce médicament anti-Alzheimer.

 

 

http://www.psychostrategy.net/comment-reparer-une-dent-sans-plombage-avec-ce-medicament-anti-alzheimer

Des champignons magiques pourraient soigner la dépression.



http://www.psychostrategy.net/des-champignons-magiques-pourraient-soigner-la-depression

Pourquoi vous devez en savoir plus sur les souris, les tiques, le réchauffement climatique et la maladie de Lyme.



http://www.psychostrategy.net/pourquoi-vous-devez-en-savoir-plus-sur-les-souris-les-tiques-le-rechauffement-climatique-et-la-maladie-de-lyme

- My fight for the recognition of chronic Lyme borreliosis and other crypto-infections; interview with professor Perronne




Dr Christian Perrone is a prominent French infectious disease specialist. In this interview, he 

 

 

 

 

 

 

 

discusses the situation in France regarding the diagnosis and treatment of Lyme disease, and what it means to him to uphold the Hippocratic oath.


Professor Christian Perronne is one of the most prominent medical scientists is Europe who takes the Lyme epidemic seriously and has helped many Frenc...
on-lyme.org

Une bactérie est responsable de maladies inflammatoires, comme la spondylarthrite enkylosabte ou la polyarthrite rhumatoïde.

 

 

http://www.psychostrategy.net/une-bacterie-est-responsable-de-maladies-inflammatoires-comme-la-spondylarthrite-enkylosabte-ou-la-polyarthrite-rhumatoide

ME and Lyme disease had shot my immune system to pieces.' Martine McCutcheon in the Guardian today. Martine McCutcheon: ‘When I was a baby, my father threatened to drop me over a balcony’ The actor talks about her difficult childhood, why her mum is her best friend, and the joy of having a child after several miscarriages theguardian.com

ME and Lyme disease had shot my immune system to pieces.' Martine McCutcheon in the Guardian today.
ME and Lyme disease had shot my immune system to pieces.' Martine McCutcheon in the Guardian today. 
The actor talks about her difficult childhood, why her mum is her best friend, and the joy of having a child after several miscarriages
theguardian.com
 
 
 
The actor talks about her difficult childhood, why her mum is her best friend, and the joy of having a child after several miscarriages
theguardian.com

Certaines huiles essentielles ont une forte activité contre la phase stationnaire et le biofilm de Borrelia burgdorferi

13 octobre 2017

Yolanda Hadid is a vision in black lace at Global Lyme Alliance Gala

 
 
Yolanda Hadid looked like a vision of health and beauty at the Global Lyme Alliance Gala in New York on Wednesday, where she stunned in a black lace number which…
dailymail.co.uk

Lyme & Multiple Sclerosis Pathology

 
 
 
Worldwide, MS prevalence parallels the distribution of the Lyme disease pathogen Borrelia (B.) burgdorferi, and in America and Europe, the birth excesses of those individuals who later in life...
queenslandlymedisease.weebly.com

Vaccine inventor raises alarm on Lyme disease

 
 
 
The race to develop a vaccine for Zika virus has gotten a lot of attention this summer.
philly.com

Maladie de Lyme : Un réel calvaire.


Une petite vidéo pour toutes celles et ceux qui ne connaissent pas la maladie de Lyme ou qui ne se rendent pas compte de l'impact que cause la bactérie avec ...
youtube.com

High prevalence of Babesia microti in Suffolk County, New York - Daniel Cameron MD

 
 
Five tick-borne pathogens were recently identified in New York and Connecticut using a multiplex real-time reverse transcription-PCR assay. The assay was able to simultaneously detect and differentiate Anaplasma phagocytophilum, Borrelia burgdorferi, Borrelia miyamotoi, Babesia microti, and the Powa...
danielcameronmd.com

Comment le virus de l'herpès s'en prend au cerveau.

 

 

http://www.psychostrategy.net/comment-le-virus-de-l-herpes-s-en-prend-au-cerveau

Lady Gaga LYME SCI: Is it fibromyalgia--or Lyme disease?

 
 
 
Dr. Al Miller believes all patients who have been given a diagnosis of ALS, MS, lupus, or fibromyalgia should be evaluated for Lyme disease.
lymedisease.org

Maladie de Lyme. Le combat pour soigner sa fille

 
 
Béatrice, 9 ans, est atteinte de la maladie de Lyme. À l'origine du mal : une morsure de tique durant l'été 2016, au Portugal. Depuis, Sofia Fernandes et son époux se battent pour offrir le traitement indispensable à leur fille.
letelegramme.fr

Comment le virus de l'herpès s'en prend au cerveau. - Chronimed

:(
 
 
 
Lorsqu'il a infecté un organisme, le virus de l'herpès peut y rester toute sa vie, bien installé dans le noyau des neurones. Une équipe de recherche américaine vient de…
psychostrategy.net

Britain has relapsing fever borelliae said Oxford scientists, in 1995

Britain has relapsing fever borelliae said Oxford scientists, in 1995
 
 
 
FEMS Microbiol Lett. 1995 Aug 1;130(2-3):151-7. Research Support, Non-U.S. Gov't
ncbi.nlm.nih.gov

Dr. Mercola and Dr. Dietrich Klinghardt Talk About the Importance of Sporebiotics

Natural health expert and Mercola.com founder Dr. Joseph Mercola interviews Dr. Dietrich Klinghardt…
youtube.com

New cross-party action group for Lyme Disease: “These patients...



 
 
Following the huge turnout at the Lyme Disease rally at the Dáil last Wednesday, activists raised awareness for the disease and its causes, with a cross-party action…
donegaldaily.com

La spondyloarthrites causée par une bactérie intestinale

 
 
 
Une étude publiée par la revue médicales Annals onf Rheumatic Diseases a révélé que spondyloarthrites, une maladie articulaire inflammatoire est directement liée à la présence de la bactérie Ruminococcus gnavus dans la flore intestinale. Cette…
eddenya.com

La maladie de Lyme : diagnostic et guérison, un véritable calvaire

 

 

http://www.epochtimes.fr/maladie-de-lyme-diagnostic-guerison-veritable-calvaire-17019.html

Lyme en dessin.........



Aucun texte alternatif disponible.Aucun texte alternatif disponible.

'Türkiye'de 7 milyon Lyme hastası var ama bilmiyorlar'




Türkiye’de 7-10 milyon arası Lyme hastası olduğunu belirten Uluslararası Lyme ve İlişkili Hastalıklar Topluluğu tarafından özel komiteye seçilen Biyolog Prof. Dr Barbaros Çetin uyardı: Yeni salgın için dünya ayakta.

ne jugez pas sans savoir..... jamais......

ne jugez pas sans savoir..... jamais......
" projet Santé Corps Esprit" du 20.07.16.
Avez-vous une « maladie invisible » ?

Si vous voyez une personne se garer sur une place handicapée et sortir de sa voiture en marchant tranquillement…
…je vous en supplie, ne la jugez pas, n’intervenez pas.
Sa maladie est peut-être invisible.
Pour Sophie Benarosh, cela a commencé alors qu’elle était cadre très dynamique d’une multinationale américaine.
Une maladie lourde, orpheline, incurable lui est tombée dessus brutalement : le « syndrome de fatigue chronique ».
Bientôt, sa vie est devenue une lutte permanente. Le simple fait de sortir de son lit était une épreuve.
Frappée d’épuisement, de douleurs et de malaises, elle a logiquement obtenu l’autorisation de garer sa voiture sur les places pour personnes handicapées.
Mais voyez ce qui peut arriver aux personnes dont la maladie ne se voit pas :
Lorsqu’elle a commencé à se garer sur l’emplacement handicapé près de chez elle, sa voiture est devenue « un véritable punching-ball : traces de coups, nombreuses rayures de clés sur la carrosserie ».
Car le « problème » est qu’elle n’était pas en fauteuil roulant. Elle n’avait pas « l’air » handicapée. Un jour, après être péniblement sortie de sa voiture, un homme l’a couvert d’injures (« voleuse », « usurpatrice » !).
Et comme si cela ne suffisait pas, la police a fini par frapper à sa porte parce que des voisins « bienveillants » avaient déposé des plaintes anonymes.
« Arrêtez de penser que j’invente une souffrance ! »
Mais cet épisode, aussi révoltant soit-il, est presque anecdotique pour Sophie.
Là n’est pas sa réelle détresse, ni celle des millions de personnes qui, comme elle, souffrent de maladies invisibles comme :
•Les maladies de l’intestin ;
•Les dépressions ;
•La fibromyalgie ;
•La sclérose en plaque ;
•La polyarthrite, l’arthrose ;
•Les douleurs chroniques inexpliquées ;
•Le lupus et autres maladies auto-immunes ;
•L’endométriose ;
•Les migraines chroniques ;
•Lyme, et tant d’autres maladies encore…
Contrairement aux personnes défigurées ou handicapées physiquement, ceux qui en souffrent ne subissent pas les regards curieux, obliques ou inquiets des inconnus.
Mais – et c’est parfois bien pire – parce que leur maladie est invisible, ils doivent souvent vivre avec l’incompréhension des personnes qui leur sont les plus chères.
Sophie Bennarosh raconte l’isolement terrible qu’elle a vécu auprès de sa famille et de ses amis :
« Sur la souffrance physique et l’isolement, se greffe le sentiment de suspicion que je perçois chez chacun de mes interlocuteurs. J’ai envie de hurler « Croyez-moi ! Arrêtez de penser que j’invente une souffrance ! »
Sophie en est venue à regretter de ne pas avoir de stigmates physiques. Son apparence « intacte » la dessert.
Car nos intuitions sont formelles : être malade, c’est avoir l’air malade. C’est être couché sur un lit d’hôpital, en fauteuil roulant ou marqué dans sa chair, par un amaigrissement extrême, ou une pâleur cadavérique.
C’est instinctif. Qu’il s’agisse de votre propre sœur ou d’une personne que vous venez de rencontrer, vous aurez toujours la plus grande difficulté à imaginer qu’elle va mal, si elle se tient debout, les joues roses.
Mais voici ce qui peut se passer derrière les apparences :
« Comment lui faire comprendre qu’au moment où elle me parle, je ressens de violentes douleurs comme une multitude d’aiguilles enfoncées dans ma peau, accompagnées de brûlures musculaires et de fers de hache qui me traversent le corps. Ou des vertiges, l’impression d’avoir une très forte fièvre ou je ne sais encore quel malaise simultané. »
L’incompréhension est sans doute ce qu’il y a de plus douloureux dans les maladies invisibles.
Le pire : affronter seul la douleur et la maladie
L’être humain peut supporter les pires épreuves, y compris l’approche de la mort, s’il est entouré de chaleur, d’amour et de compréhension.
Pensez aux « poilus » dans les tranchées, il y a 100 ans. Malgré l’horreur du quotidien, une chose les faisait tenir : l’atmosphère de profonde camaraderie qui régnait entre ces « frères d’armes ». Qui se comprenaient intimement parce qu’ils vivaient la même chose.
D’où la déception et l’isolement que beaucoup d’entre eux ont ressenti à la fin de la guerre, de retour auprès de leurs proches. En apparence, ils étaient les mêmes. Mais intérieurement, ils avaient profondément changé. Leurs proches voulaient revivre leur vie « comme avant ». Eux en étaient souvent incapables. Ce qu’ils avaient vécu les avait marqués de façon indélébile. Et ils avaient le plus grand mal à l’expliquer, à faire comprendre leur état.
Les malades invisibles connaissent ce sentiment.
Mais ils doivent en plus faire face à une terrible suspicion. Et s’ils « jouaient la comédie » ? En « faisaient un peu trop pour se faire plaindre » ? Ne seraient-ils pas un peu fainéants ? Un peu « chochotte » ?
Un peu comme si vous étiez agressé, en plein jour… Vous criez au secours… mais les amis qui vous accompagnent rechignent à vous aider. Ils ne sont pas sûrs que vous soyez vraiment en danger. Ils se demandent même si vous ne l’avez pas un peu « cherché ».
Ceci, au moment où vous avez le plus besoin d’empathie et de soutien.
Mon expérience personnelle de la « maladie invisible »
J’ai personnellement souffert d’une maladie invisible.
A un niveau « modéré », fort heureusement ! Je n’ai jamais vécu l’incapacité de sortir de mon lit.
Mais j’ai subi pendant des mois, des années, un état de fragilité prolongé : l’équivalent, certains jours, d’une chute d’hormones (moi qui suis un homme !) accompagnée d’un brouillard mental handicapant.
Il m’est arrivé de passer des heures devant un ordinateur, à essayer de déchiffrer un simple texte. Je lisais les mots sans en comprendre le sens. Je mettais 30 minutes à faire une tâche qui m’en demandait 5 en temps normal.
Mais cela ne se voyait pas. Difficile pour mes proches de le comprendre.
Si j’essayais d’être positif et de ne pas parler de mon problème, ils pensaient que je n’avais aucun souci, ou semblaient l’oublier. Si j’essayais d’être honnête et d’en parler ouvertement, ils pensaient que j’étais trop obsessionnel et que c’est cela qui me rendait malade.
Au pic de mes difficultés, j’ai été contraint de me mettre à mi-temps dans mon travail – j’ai eu la chance d’avoir un employeur compréhensif.
Puis, j’ai changé beaucoup de choses dans ma vie : mon alimentation, mon activité physique, la gestion de mon stress. J’ai déménagé. J’ai pris des compléments alimentaires, essayé de multiples méthodes et thérapies. Certaines m’ont énormément aidé.
J’y reviendrai dans d’autres lettres. Si vous êtes dans cet état vous aussi, retenez simplement que des solutions naturelles existent.
Mais je voudrais m’adresser aujourd’hui à ceux qui ne sont PAS touchés.
Et leur proposer ce conseil s’ils ont, dans leur entourage, une personne dans cet état.
Ce qu’il faut éviter de dire aux personnes qui ont une maladie invisible
•« Tu as bonne mine aujourd’hui, ça va mieux ! »
C’est maladroit car la « mine » ne reflète pas forcément les douleurs intérieures. Diriez-vous à un proche : « tu n’as pas l’air d’être en train de traverser un terrible divorce » ?
Et n’oubliez pas que, lorsque cela va vraiment mieux, c’est presque toujours un répit, et non un signe de rétablissement. Dans beaucoup de maladies chroniques, il y a une alternance entre des jours affreux et des jours meilleurs.
•« Moi aussi je suis un peu fatigué en ce moment »
Vous ne vous rendez sans doute pas compte, mais vous êtes en train de comparer une fatigue banale avec un état qui n’a rien à voir.
Jenny Andrews, une femme de 42 ans affectée elle-aussi de fatigue chronique, a donné cette image frappante : « Imaginez avoir une terrible nausée, avec des sacs de pomme de terre attachés à chacune de vos jambes, et que l’on vous demande de courir un marathon… Et cela, simplement pour atteindre les toilettes ».
•« Aurais-tu des idées noires / as-tu vraiment le moral ? »
La plupart des maladies invisibles n’ont rien à voir avec la dépression - même si c’est une maladie invisible elle-aussi.
Ceux qui souffrent de douleurs ou fatigue chronique ont généralement envie de faire mille choses… mais c’est leur état physique qui les en empêche.
Alors quand vous leur demandez s’ils « ont le moral », avec cette suspicion que le problème est dans leur tête, ils peuvent se sentir piégés.
Car non, en effet, ils n’ont pas forcément le moral. Difficile d’être positif, avec ces douleurs, cet épuisement, cette incompréhension qui les entoure. Oui, il leur arrive d’avoir envie de pleurer. De hurler parfois.
Mais c’est leur état qui leur mine le moral, et non pas la tristesse qui les met dans cet état !
Dites ceci !
Il y a une chose très simple que vous pouvez dire à quelqu’un qui souffre.
Quelque chose d’incroyablement fort et puissant.
« Je te crois »
Vous serez surpris de voir à quel point cela le ou la touchera.

TV vendée , l'inquiétante et méconnue maladie de Lyme



http://www.tvvendee.fr/le-journal/edition-du-jeudi-28-septembre-2017_28092017?cid=81781

la prolifération des tiques

 

 

https://www.rtbf.be/auvio/detail_la-proliferation-des-tiques?id=2251125

Le cas de Christine: Son témoignage

Le cas de Christine: Son témoignage;
Rombas, le 21/08/2017
Tout a commencé début avril 2016, une minuscule piqure de tique, une toute petite tique, une nymphe en fait, pas grave, après tout j’ai l’habitude, j’en enlève tous les ans, de mes chevaux, de mon chien, et parfois de moi, allez, je l’enlève à l’arrache avec une pince à épiler, zut, je rate, la tête reste dedans, je triture jusqu’à réussir à retirer le tout, j’avoue j’ai creusé pas mal sur quelques jours.
Puis ce rond rouge, très rouge, qui s’étend…… Je mets ça sur le compte du triturage pas très propre que j’avais fait pour ôter la tête, c’est une simple inflammation c’est sûr. Pourtant, j’ai des animaux, des chevaux en particulier, je sais à qu’elle point cette maladie est difficile à soigner, j’ai déjà eu le cas, les vétérinaires la connaissent bien, je savais que cela pouvait être dangereux, je n’ai pas voulu voire, ca ne pouvait pas m’arriver, pas à moi.
Je mets ça dans un coin de ma tête et je continue ma vie, pas longtemps en fait….. Fin juin 2016 une fatigue indescriptible, des maux de tête, des douleurs, comme une grippe sans fièvre……… Bien sûre, je travaille trop, c’est normal, après les vacances ca ira mieux.
Cependant rien ne s’arrange, au contraire, au mois de septembre des maux de tête toutes les nuits, des vomissements, je n’en peux plus, j’ai perdu 10kg, je mets ma tête dans la glace pour atténuer un peu les douleurs et je lutte contre des vertiges toujours plus effrayant, je suis saoule sans boire d’alcool, je ne peux plus travailler, je me décide a aller voire mon médecin, je lui parle de la tique, elle me prescrit un test Elisa et une IRM cervical et du cerveau. Le test reviendra négatif, l’IRM montre des lésions faisant penser à une sclérose en plaque. Rendez-vous chez un neurologue.
Pourtant, je pense encore à ma tique, par chance pour moi, le papa de ma belle-fille est atteint de la maladie de lyme, je lui demande de l’aide, il me guide vers un laboratoire allemand qui effectue des tests fiables et me donne l’adresse du Dr XXX. Il m’explique son errance et me dit que les médecins ne connaissent pas cette maladie et que les tests français ne sont pas fiables, je ne comprends pas, je découvre l’enfer des malades de lyme…..Bingo, le test d’Allemagne revient positif, Borrelia duttoni, j’ai plus qu’à me soigner…… Nous sommes en novembre 2016.
Je retourne donc chez mon médecin, qui dédaigne mon test et me prescrit un second test Elisa qui bien sûr reviendra encore négatif. « Non Madame, vous n’avez pas la maladie de Lyme. » dixit mon médecin traitant.
Je prends alors rendez-vous chez le Dr XXX.
J’arrive devant ce médecin, et pour la première fois, j’ai l’impression qu’on me comprend, on parle beaucoup, elle m’examine, elle sent avec ses doigts les endroits ou je suis enflammée, elle m’explique, me donne le questionnaire du Dr Horowitz, un nom sur mes maux, c’est énorme. « Oui Madame, vous avez la maladie de Lyme. »
Puis 2 mois (novembre et décembre 2016) d’injections d’antibio et encore un mois sous forme de cachets, c’est dur, je herx beaucoup, mais je sens que les symptômes s’estompent peu à peu je ne suis plus dans mon brouillard cérébral.
Une ponction lombaire (fin février 2017) et une deuxième IRM du cerveau (02/01/2017), la ponction démontrera une inflammation au niveau du liquide et la deuxième IRM (effectué à la fin du traitement antibio en injection) montrera la régression significative de la plupart des lésions du cerveau, le radiologue n’en revient pas.
Je part voire mon neurologue qui ne comprends pas, fait lire mes IRM par ses équipes pour me dire qu’en fait les lésions sont toujours là et que ça ne peux pas être lyme puisque qu’au bout de 3 semaines d’antibio il n’y a plus de lyme, non c’est une sclérose en plaque et comme d’habitude, il me prescrit 3 boîtes de tramadol et me renvoi dans ma maison….. Il sera toujours temps de faire autre chose quand ça s’aggravera ! Je sors de ces consultations hyper motivée pour me tirer une balle.
Le Dr xxx m’a prescrit un traitement à base d’huiles essentielles, j’ai du recommencer un traitement antibiotique à cause des co-infections encore trop actives, aujourd’hui j’ai encore des douleurs, des maux de tête plus ou moins supportable, des difficultés de concentration mais j’ai enfin repris mon travail, je peux enfin re-conduire ma voiture, je n’ai presque plus de vertige. Je continue à voire le Dr XXX régulièrement. Quand je l’ai vu la première fois, j’étais en train de sombrer, j’étais en train de mourir, je le sais aujourd’hui sans son intervention je ne remontais pas la pente, les lésions n’auraient fait qu’empirer et ce n’est pas le tramadol prescrit par mon neurologue qui aurait arrangé les choses.
Pourquoi des médecins, des neurologues, croient dur comme fer au test Elisa ? Comment peuvent-ils affirmer qu’en tout les cas lyme se soigne en 3 semaines d’antibio ? Combien de patient n’ont pas la chance de trouver un médecin compétent pour soigner cette maladie et se retrouve complètement perdu ? Combien de patient sont morts sans savoir qu’il souffrait de cette maladie ?
Mais finalement j’ai beaucoup de chance d’avoir des lésions visibles sur les IRM et les ponctions, car combien de patient sont actuellement en hôpital psychiatrique alors qu’ils sont Lyme.
Je tiens à remercier grandement le Dr XXX pour son engagement à soigner les malades malgré les pressions et le scepticisme de ses paires pour ne pas dire le mépris.
Je souhaite que les mentalités évoluent pour qu’enfin tous les médecins se sensibilisent à cette maladie, qu’ils s’ouvrent à d’autres éventualités que les tests obsolètes actuellement sur le marché mais surtout qu’ils écoutent les spécialistes qui connaissent et obtiennent de super résultats même si je suis consciente qu’un traitement long à haute dose d’antibiotiques peut avoir des effets secondaires terribles, mais certainement pas aussi destructeur que lyme croyez-moi.
J’espère que mon modeste témoignage pourra servir à ce que les biens pensants se posent les bonnes questions, après tout dans des pays voisins la maladie de lyme chronique est reconnue et soignée pourquoi pas en France ?
Merci à tous les médecins qui se battent contre le système pour soigner les malades de lyme.
J’autorise le Dr XXX à utiliser ce présent témoignage ainsi que mes résultats d’IRM ci-joints.
Mme Christine C
( j'ai enlevé le nom de famille afin que cette dame ne soit pas débordée d'appels et autres )

Maladie de Lyme, il y a urgence Monsieur le Président !

 
 
 
Devenez acteur de votre santé en soutenant Le droit de guérir. Je visite la page dédiée du site internet https://www.ledroitdeguerir.com/accueil/monsieur-le-...
youtube.com

E. Coli : danger. Comment se protéger de la colibacillose (OMS).



http://www.psychostrategy.net/e-coli-danger-comment-se-proteger-de-la-colibacillose-oms

Comment la maladie de Lyme se cache-t-elle du système immunitaire ?

 ( merci Véronique )
 traduction automatique


Comment la maladie de Lyme se cache-t-elle du système immunitaire ?
par Holtorf Medical Group - capté 12.09.17

Nous avons connu des antibiotiques depuis l'enfance. Si vous obtenez une infection bactérienne, vous voyez votre médecin et prenez un antibiotique de sept à dix jours pour l'éclaircir.
Mais la maladie de Lyme est comme aucune autre infection. À moins qu'une infection de la maladie de Lyme ne soit prise immédiatement, même plusieurs semaines d'antibiotiques ne tueront pas souvent l'infection.
Si la maladie de Lyme n'est pas diagnostiquée et traitée tôt, la spirochete de Lyme peut se propager et se cacher dans le corps, causant des problèmes de santé, des mois ou même des années après l'apparition de l'infection.
C'est peut-être la raison pour laquelle il y a tellement de confusion et de difficulté à obtenir un traitement approprié pour la maladie de Lyme.
Il commence avec une bactérie insolite.
La maladie de Lyme peut affecter n'importe quel organe ou système dans le corps, y compris le cerveau, le système nerveux, les muscles, les articulations et le cœur. La plupart des cas de maladie de Lyme aux États-Unis sont causés par un spirochète en forme de tire-bouchon appelé Borrelia burgdorferi.
Cet organisme a une façon unique d'échapper au système immunitairehumain dès le début de la morsure de la tique et a appris à survivre dans le corps humain même lorsque des attaques agressives de traitement sont montées contre lui.
Un assaut sournois
Lorsqu'une tique mord la peau, les facteurs dans sa couche de salive sont la spirochete pour les protéger lorsqu'ils pénètrent dans le corps, les cachant du système immunitaire humain. Même semaines après l'apparition d'une morsure de tique, notre système immunitaire peut ne pas produire d'anticorps contre la bactérie. Cela signifie qu'un patient qui trouve une tique attachée à leur peau peut s'adresser au médecin, obtenir un test tel qu'un Western blot et recevoir des résultats négatifs, car le système immunitaire n'a toujours pas été alerté de commencer à combattre l'infection.
Une structure évasive
Non seulement la spirochete de Borrelia burgdorferi se cache quand elle pénètre dans le corps, elle a également une structure intérieure unique, appelée flagellum, qui propulse l'organisme à travers les tissus du corps et les mucus épais qui empêcheraient généralement une bicyclette de se déplacer. Le flagelle excite également le système immunitaire du corps. Mais alors que le corps peut maintenant voir la bactérie, il est incapable de l'attaquer efficacement et lance une réponse inflammatoire massive qui cause des dommages aux tissus du corps plutôt que de tuer l'organisme.
Shiffer de formes
Une fois que la bactérie Borrelia burgdorferi est dans le corps, elle commence à changer de forme en modifiant les protéines sur sa paroi externe, se dissimulant efficacement du système immunitaire. Typiquement, lorsqu'un envahisseur étranger attaque le corps, le système immunitaire le détecte par ses protéines de paroi cellulaire, développant des anticorps spécifiques pour lancer une attaque immunitaire. Mais avec la possibilité de changer ses protéines de paroi externe, la bactérie Lyme se cache du système immunitaire, presque comme un envahisseur qui a soudainement un déguisement.
Le système immunitaire est à la recherche d'une protéine de paroi cellulaire spécifique, mais la Lyme ne porte plus cette protéine et ne peut donc pas être trouvée.
L'attaque contre le système immunitaire s'effondre
Comme le corps continue son assaut sur la bactérie Lyme - l'envoi de cellules immunitaires pour lutter contre l'organisme maintenant déguisé - cette réponse immunitaire fait des ravages dans des endroits du corps tels que la peau, le cerveau, les nerfs et les articulations. Parce que la bactérie continue de déplacer son «apparence» en changeant ses protéines de paroi externe, elle continue de se soustraire au système immunitaire. Pourtant, l'attaque a déjà commencé, car le système immunitaire continue d'envoyer des neutrophiles, des monocytes, des cellules dendritiques et des macrophages pour combattre l'envahisseur.
Malheureusement, ces cellules immunitaires ne réussissent pas à tuer l'infection. Au lieu de cela, les composés toxiques qu'ils libèrent dans la lutte provoquent une inflammation partout dans le corps et endommagent les tissus dans essentiellement tous les organes du corps.
Lyme dans le cerveau
Alors que le système immunitaire attaque le corps avec des cellules immunitaires libérant des toxines, le cerveau peut également être attaqué. Le système immunitaire dans le cerveau est différent du reste du corps et se compose de cellules telles que les astrocytes et la microglie, des cellules qui ne sont pas très efficaces pour reconnaître et éliminer les infections. Et, comme les composés toxiques rejetés dans le reste du corps, le «système immunitaire» unique du cerveau libère des substances qui peuvent endommager le corps. Mais dans le cerveau, plutôt que de provoquer une inflammation, ces substances sont directement ou indirectement toxiques pour les nerfs. Et, comme l'attaque qui se déroule dans le reste du corps, ces cellules continuent à lutter inefficacement contre un organisme caché, endommageant le cerveau tout en permettant à l'infection de continuer.
Se cacher sous Biofilms
La bactérie qui cause la maladie de Lyme a encore une autre façon de se cacher du système immunitaire. Il forme une substance gluante appelée biofilm. Ce biofilm, composé de bactéries et d'autres microorganismes, permet à la spirochete de Lyme de se cacher et de résister à des conditions environnementales difficiles telles que des traitements antibiotiques. Les biofilms permettent à la bactérie Lyme de rester en sommeil pendant des périodes de temps jusqu'à ce que l'environnement soit favorable à nouveau, après quoi il peut se dissimuler et relancer l'attaque du corps.
Ces capacités uniques de la bactérie Lyme à se cacher du système immunitaire du corps créent un besoin d'une approche de traitement intégrée multisystème.
En utilisant une combinaison d'antibiotiques synergiques efficaces contre les bactéries liées à la Lyme sous toutes ses formes, associées à des modulateurs immunitaires, des suppléments anti-Lyme, des anticoagulants, des thérapies hormonales et des médicaments pouvant augmenter la pénétration des médicaments et d'autres composés, une récupération complète est réalisable.